• Le Journal Français

Vous avez un proche alcoolique? Nous conseillons l'hypnose pour l'aider à s'en sortir

L'alcoolisme est un problème fréquent de nos jours. Presque la majorité des familles vivent ce souci en permanence. Comment fait-on pour se défaire de cette addiction? Telle est la question que l'on se pose face à cette situation. Nous avons une bonne nouvelle à vous annoncer par rapport à cela: l'hypnose peut aider votre proche à se séparer de cette mauvaise habitude.


Comment se déroule cette thérapie? Peut-on se fier à une telle procédure? Rassurez-vous nous allons vous éclaircir à travers ce guide.



Fini les problèmes lors du sevrage


Le plus dur, dans la lutte contre l'addiction à l'alcool, y compris les alcools forts, est le sevrage. Ainsi, plusieurs méthodes sont utilisées pour aider les patients à passer ce cap. Or, le fond du problème reste la dépendance avec la boisson, soit un souci d'ordre psychologique. Les médecins prescrivent plusieurs médicaments dans ce cas. Dans la majorité des cas, ces traitements sont très efficaces mais entraînent des effets indésirables importants. On peut citer parmi eux les diarrhées, les nausées, les vertiges, les troubles de l’humeur etc. C'est d'ailleurs à cause de ces effets secondaires que certains patients refusent catégoriquement de se faire sevrer. Avec l'hypnose, votre proche ne souffrira pas de tels effets. En effet, l'hypnose agit sur le mental et procure la force de lutter contre l'addiction.


Le déroulement de l'hypnothérapie


La différence de l'hypnose dans la lutte contre l'alcoolisme réside dans sa perception du problème. En effet, cette méthode ne prend pas acte de la dépendance en alcool comme symptôme de la maladie. C'est la totalité de l'histoire du patient qui renferme le problème. Ainsi, l'hypnothérapeuthe pourrait s'intéresser au parcours de votre proche ainsi que sa perception de son addiction. L’alcoolisme n’est pas considéré comme un comportement à but destructif. Au contraire, il s'agit d'une mauvaise réponse émise par la personne face à une intention purement positive. Ainsi, la première séance constitue, dans la majorité des cas, à une seance de question-reponse entre le thérapeute et le patient. En premier lieu, l'échange concerne l'origine de sa consommation. Puis, il faut savoir comment le patient réagit face à l'alcool puis face à son problème. C'est à partir de cet entretien que l'hypnothérapeute parvient à cerner le problème de ce dernier. Puis, il s'engage à lui montrer la voie du guerison.


Gauthier Fara est spécialiste de l'hypnose pour lutter contre l'addiction à l'alcool, il reçoit dans son cabinet à Paris et a accompagné de nombreux alcooliques vers la guérison.

Des conséquences satisfaisantes


Le premier effet ressenti lors d'une hypnothérapie est la croissance de la confiance en soi. En majorité, l'alcoolique souffre de ce manque de confiance. Pour pallier ce problème, il décide généralement de combler le vide avec la boisson. Dès qu'il commence à se sentir à l'aise avec lui-même, il y a une forte chance qu’il change de comportement. La thérapie consiste à aider le patient à guérir d'une éventuelle crise d'anxiété ou de la dépression. Ces deux facteurs favorisent l'alcoolo-dépendance. Ainsi, on peut dire que l'hypnose ne guérit pas de l'alcoolisme. Elle élimine juste les facteurs qui provoquent cette dépendance. De ce fait, elle peut être combinée avec d'autres thérapies et le résultat ne serait que meilleur.

© Le Journal Français - toutes les informations en France